• Samedi 20 Octobre

     Cher journal,

     Nous sommes le 20 Octobre. C'est vrai que je t'ai un peu délaissé, ces derniers temps. Ça m'a manqué de pouvoir tout te raconter... Mais je ne l'ai pas fait, pour deux raisons. La première, c'est que je n'ai pas pu car j'étais très souvent avec Kuro... ♥ Et la deuxième, c'est que... je n'ai pas voulu.

     Mais aujourd'hui, il faut que je t'explique.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Nous nous regardons une nouvelle fois, Kuro et moi, avant qu'il sonne à la porte de chez moi. Nous attendons à peine quelques instants avant que maman vienne nous ouvrir. Un immense sourire se dessine sur son visage. Juste avant de disparaitre.

    - Mon Dieu, Sakura ! s'exclame-t-elle aussitôt en voyant mon état.

     Elle se précipite vers moi et me serre dans ses bras. Kuro ne sait pas comment réagir. Moi non plus. Je lui chuchote à l'oreille que tout va bien et que je suis heureuse d'être arrivée, puis elle s'écarte doucement de moi. Elle se tourne vers Kuro et le salue chaleureusement, le remerciant de m'avoir accompagnée jusque là et l'invitant bien évidemment à dîner à la maison.

    - J'accepte avec plaisir, répond-il avec un sourire poli.

     Maman hoche la tête, nous entrons et déposons soigneusement nos chaussures au genkan. Nous la suivons dans le salon où nous trouvons grand-mère plongée dans sa lecture. Lorsqu'elle nous voit, elle sourit et se lève pour venir nous dire bonjour. Nous discutons tranquillement, tous les trois, jusqu'à ce que papa arrive et que maman et moi allions préparer le repas. Grand-mère se retire dans sa chambre pour lire – je n'y crois pas du tout, elle n'a même pas emporté son livre. Mais je la soupçonne de l'avoir fait exprès pour que papa et Kuro aient une conversation plus sérieuse, seuls. D'ailleurs, en montant, elle m'a glissé à l'oreille : « Laissons-les discuter entre hommes. » 

     Et me voici maintenant en train de couper des petits légumes en morceaux sur une épaisse planche de bois. Maman me jette des regards en coin de temps en temps. Elle a envie de parler, c'est sûr. Mais je n'ai pas envie qu'elle évoque mes blessures ou les événements passés. Au lieu de ça, elle me lance :

    - Il à l'air d'être quelqu'un de bien, ce Kuro.

    - Je le sais.

     Elle sourit.

    - Il est gentil et agréable.

    - Je le sais, je répète en souriant à mon tour.

    -  Il t'aime.

     Cette fois, les mots restent coincés au fond de moi plus longtemps que je ne l'aurais souhaité. J'imagine qu'elle a raison. Je l'aime. Nous nous sommes embrassés. Nous sommes... ensemble ? Sans même que je le veuille, les souvenirs défilent. Le doute s'estompe petit à petit, comme le jour qui se lève. Remplacé par une certitude. Il m'aime.

    - Je le sais, je murmure.

     Et je l'aime.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Ce repas à été l'un des plus joyeux de mon existence. Je savais que Kuro m'aimait. Je le savais. Mais maintenant je ne l'oublierai jamais.

     J'aimerai m'arrêter là, cher journal. Mais je t'ai promis la vérité, alors la voici.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Je ne sais même plus quel jour nous sommes,. Surement un Lundi puisque aujourd'hui, je retourne au lycée. Et je suis heureuse. Je repense à la chaleur de sa main. À la beauté de son sourire. À la profondeur de ses yeux. Kuro.

     À peine ai-je prononcé son nom dans ma tête qu'il apparaît devant moi comme par magie. Je l'aime. Rayonnante, je lui souris et il me prend par la main, me rendant mon regard. Il m'aime.

     Haru nous rejoint sur le trajet pour aller au lycée. Nous nous écartons l'un de l'autre pour ne pas le mettre mal à l'aise et nous marchons tous les trois en discutant comme si nous étions amis depuis toujours. Kuro porte encore mon sac même si je vais beaucoup mieux. Qui sait, peut être est-ce seulement par pure galanterie – bien que, il y a quelque mois, je n'aurais jamais pu imaginer une telle chose.

     Notre arrivée ne passe pas inaperçue. Moi, Sakura, entre les deux garçons les plus populaires du lycée. Tout le monde nous regarde. Évidemment. J'avais presque oublié cette sensation. Je me fais toute petite et me cache dans leur ombre quand, soudain, une main chaude se glisse dans la mienne. Surprise, je lève les yeux vers Kuro qui me regarde en souriant tendrement. Il est si beau que je ne peux pas m'empecher de rougir jusqu'aux oreilles. Puis, alors que nous avons tous les deux les yeux plongés dans ceux de l'autre, quelqu'un me bouscule en avant et je manque de m'étaler sur le sol. Heureusement, Kuro me rattrape de justesse. Il lève les yeux d'un air furieux.

    - Mais faites plus atten...

    Il n'a pas le temps de finir sa phrase que trois têtes familières, une blonde, une châtain et une rousse, se plantent sur notre chemin. Trois visages se composent une expression profondément navrée devant lui. Vanessa, Jess et Noémie se répandent en excuses aussi ridicules que fausses. Je suis pétrifiée. Seule Noémie semble avoir remarqué ma présence, et c'est déjà bien assez. Son regard est pareil aux nuits d'hiver sombres et glaciales. Sans m'en rendre compte, j'ai serré encore plus fort la main de Kuro qui me regarde d'un air surpris, ignorant royalement les trois filles qui lui parlaient à l'instant.

    - Qu'est ce qu'il y a ? me demande-t-il, inquiet.

    Il ne sait pas. Il ne peut pas savoir.

    Cette fois, ce sont trois regards froids et méprisants qui me fixent. Mais il y a Kuro. Il y a la chaleur de ses yeux à lui.

    Il ne sait pas. Il ne peut pas savoir.

    Elles semblent me mettre au défi. Voir si j'ose lui en parler, briser ma promesse.

    Mais elles savent que je ne le ferai pas.

    Elles savent que j'ai peur.

    - Il n'y a rien, Kuro, dis-je. Rentrons en classe.

    Nous nous éloignons sans les regarder puis une minute plus tard, n'y tenant plus, il me force à m'arrêter.

    - Sakura... Je m'inquiète pour toi. Je sais que ce n'est pas rien, ce qui s'est passé avec ces filles-là. Je sais qu'elles l'ont fait volontairement pour te blesser, toi. Et ça, je ne le supporterai pas. Sakura...

    - J'ai fait une promesse.

    - Je...

    - Je ne brise jamais mes promesses, Kuro.

    Ma voix n'est qu'un murmure, mais une étincelle de rage s'allume dans ses yeux. Il a compris. Il sait. Et j'ai tenu ma promesse.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Ce soir-là, j'ai voulu tout te raconter, cher journal. Mais en ouvrant mon sac, épouvantée, je me suis rendue compte de plusieurs choses :

    La première, tu n'étais plus là.

    La deuxième, je savais qui t'avais volé.

    La troisième, je ne savais pas comment te récupérer.

    La quatrième, on venait de m'arracher mon passé des mains...

     

    ~ Sakura ~

     

    20/10 


  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Avril 2018 à 01:43

    On est vraiiment vraiment désolées pour cet ... énorme ... retard ! :s On espère que ce chapitre vous plaira, encore désolées !

    - Saory -

    2
    Samedi 28 Avril 2018 à 16:43

    OMG !!!!! Elles lui ont volé son journal :o Ces espèces de ***** .... rah !!! Elles m'énervent >=<

    Sinon super chapitre ! On sent bien l'amour entre Kuro et Sakura, c'est beau *^*

    Et vous inquiétez pas pour le retard, c'est rien ;) 

      • Lundi 30 Avril 2018 à 12:40

        Aaah tant mieux c'était le but ! x)

        Merci beaucoup ! :D

      • Lundi 30 Avril 2018 à 13:22

        XD

        ;)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :